protections hivernales, jardin, rodier, paysagiste, aménagement, rive-sud, estrie-montréal-MontérégieVoilà une question très pertinente que plusieurs propriétaires se posent. De prime abord, la plupart des architectes paysages, designers et concepteurs de jardins préfèrent travailler avec des végétaux qui sont rustiques, donc qui résistent aux conditions climatiques de l’endroit où ils sont plantés. Malgré cela, il peut y avoir des conditions où l’installation d’une protection hivernale est suggérée.

 

Quelques conditions où les protections hivernales sont recommandées :

  • Les végétaux sont soumis à des vents très forts qui risquent de faire sécher les bourgeons ou le feuillage (dans le cas de conifères).
  • Les végétaux sont soumis à des embruns salins provenant de la route.
  • Il y a une accumulation de neige non naturelle, donc tassée par l’action du déneigement par exemple.
  • Il y a un risque de chute de glace provenant d’un toit au-dessus de végétaux fragiles.
  • Les végétaux sont sur la limite de la zone de rusticité, et de surcroit il s’agit de leur premier hiver.
  • Les végétaux ne sont pas rustiques. C’est le cas notamment de quelques rosiers comme les rosiers hybride de thé.

Comment détermine-t-on si une plante est rustique ou pas?

Il s’agit de connaître la zone de rusticité dans laquelle on habite. On dira par exemple que la région de Montréal est de zone 5 (et même 5B sur l’île). Plus on s’éloigne vers l’est et le nord plus la zone de rusticité diminue. Ainsi, on doit choisir des végétaux qui ont le même numéro de zone que notre région ou plus bas (une plante zonée 3 peut très bien réussir en zone 5). Par contre, si l’on souhaite planter notre rosier hybride de thé préféré, qui lui est zoné 7 ou 8, alors nous devons le protéger.

protections hivernales, jardin, rodier, paysagiste, aménagement, rive-sud, estrie-montréal-Montérégie

Source photographique: www.hydroquebec.com

Quel type de protection utiliser?

  • Pour bloquer les grands vents, on va utiliser des membranes géotextiles blanches ou du jute. On peut également utiliser des clôtures à neige qui serviront à créer une lame de neige qui elle protégera les végétaux.
  • Pour protéger des embruns salins, il existe des membranes plastifiées qui peuvent être installées. Il faut installer ce type de protection tard à l’automne (mi-fin novembre) et les retirer assez tôt au printemps (avant l’éclosion des bourgeons).
  • Pour éviter les bris causés par l’accumulation de neige tassée par le déneigement mécanique ou par les chutes de glace. On peut fabriquer des boîtes à l’aide de piquets et de contreplaqués. On peut également utiliser des membranes géotextiles combinées d’une clôture à neige qui sont rigides et protègent les branches des arbustes.
  • Pour certains conifères érigés, comme le Thuya ‘Smaragd’, qui cherchent à s’écraser sous le poids d’une neige lourde, l’utilisation d’un filet pour les enrober sera la meilleure technique.
  • Pour le cas des rosiers mentionnés plus haut, plusieurs techniques sont pratiquées, mais la plus commune consiste à installer des cônes à rosier.
  • On peut aussi protéger le tronc des jeunes arbres fruitiers contre les rongeurs à l’aide d’une spirale conçue à cet effet ou une section de drain agricole coupé sur la longueur.

Pour toutes informations supplémentaires, n’hésitez pas à contacter notre équipe.