Les terrasses prennent toutes sortes de formes, normalement guidées par la fonction qu’elles desservent. Elles sont souvent le lien entre la maison et les divers espaces de la cour arrière, donc un espace de transition. Elles sont aussi utilisées comme salle à dîner en plein-air, cuisine extérieure ou coin salon. On peut parfois se perdre dans la façon de les construire, dans le choix des matériaux et dans les éléments à tenir compte pour le design. Voici quelques lignes guides.

Quelles sont les principales étapes de construction?

Quel que soit le type de matériaux de recouvrement choisi, une bonne structure est prioritaire si l’on veut obtenir un ouvrage durable. Je décris ici-bas des bases qui vous guideront pour la construction de votre structure de terrasse surélevée. Il y a des façons précises pour calculer la portance de chaque matériau, mais si vous suivez ces règles simples vous y arriverez sans complication.

pieux-visse-patio-galerie-cloture-balcon

Source : Goliath tec

1. Tout d’abord, on préconise l’installation de pieux vissés

Ils serviront à supporter la structure. On peut s’en procurer à la quincaillerie que l’on installe soi-même, mais ils ont souvent de petites soucoupes et leur installation est assez laborieuse. Je recommande plutôt une installation faite par des professionnels. Les professionnels arriveront avec un équipement spécialisé et effectueront le travail en peu de temps, ce qui vous facilitera grandement la tâche pour un coût qui peut varier entre 125$ et 200$ selon les pieux choisis. Dans certaines situations, il est plus difficile d’installer des pieux; dans un terrain rocailleux par exemple. Je suggère d’opter pour des piliers de béton dans un tel cas. Pour obtenir un pilier de béton efficace, il faut faire une base élargie qui agira contre les forces du gel (c’est la soucoupe qui fait ce travail sur un pieu).

2. On installe ensuite les poutres

Normalement en 6’’x6’’, sur les pieux que l’on aura préalablement installés à environ 6’ de distance. Si vous n’avez pas de 6’’x6’’, vous pouvez fabriquer une poutre en combinant des 2’’x6’’ ou des 2’’x8’’ vissés entre eux. Les poutres sont installées de façon perpendiculaire aux futures solives de la terrasse et à une distance d’environ 6’ l’une de l’autre, lorsque l’on compte utiliser des 2’’x6’’ pour faire les solives.structure-terrasse-type-composite-bois-patio-terrasse-structure-terrasse-bois-composite-patio-comment-trucs-amenagement-paysager-rodier

3. Viennent ensuite les solives

Que l’on fait habituellement à partir de planches de 2’’x6’’ et que l’on installe à tous les 16’’ pour un revêtement de bois ou à tous les 12’’ pour un revêtement en matériau composite (plus flexible). Les solives peuvent être fixées par-dessus les poutres. Elles sont vissées ou clouées sur les poutres. L’utilisation d’étriers pour faire cette jonction peut faciliter la tâche, sinon on peut simplement visser ou clouer à l’oblique. Souvent, la terrasse que l’on construit doit se fixer à la maison. Dans un tel cas, on fixe une planche au même niveau que les solives directement sur la maison. Le sens des solives sera déterminé par le sens que l’on souhaite avoir pour le revêtement final; elles doivent être perpendiculaires au revêtement de plancher.

4. Les planches de revêtement

Pour terminer (ou presque), on installe les planches de revêtement. En fonction du matériau choisi, on peut les fixer de façon traditionnelle avec des clous ou des vis directement sur le dessus de la planche; normalement on en place deux par planche à chaque jonction avec une solive. Il existe aussi toutes sortes de systèmes de fixation où les vis sont dissimulées. Ces méthodes permettent d’obtenir un fini plus uniforme et professionnel, en plus d’éviter les infiltrations d’eau dans le bois.

5. Les Jupes de terrasse

La touche finale est l’installation des jupes de la terrasse. Ce qui veut dire fermer le dessous avec des planches; habituellement des 1’’x6’’. Elles sont la plupart du temps installées à la verticale, mais on les aime aussi à l’horizontale pour donner un look plus moderne.

Ici-bas, une photo d’une terrasse en composite avec une structure type portée sur pieux vissés:

 

Voici 3 exemples de vis dissimulées :

patio-balcon-vis-emboufte0ancrage-dissimule-camo

Source : Langevin Forest

1- Système «Camo»

Les vis à tête Torx sont vissées en diagonale dans le côté de la planche et on ne voit que la tête de la vis sur l’arrête des planches. Elles sont principalement utilisé avec du bois traité ou du cèdre. Ayant une tête très fine, ce type de vis est aussi utilisé pour fixer les contours et marches de certains types de composite plein.

2- Ancrages de joints de planche

L’ancrage est fixé sur la solive entre deux planches sur lesquelles une fente centrale (biscuit) a préalablement été faite pour permettre d’y installer un ancrage. C’est le genre de système qui est surtout utilisé avec du bois de haute densité comme de l’Ipé. Les produits de composite ont habituellement aussi leur ancrage de ce type.

3- Vissage par-dessous

Cette façon de faire peut donner un très beau résultat, mais ça peut s’appliquer seulement lorsque l’on a un bon accès sous le plancher. Il faut penser qu’il est probable que l’on doive éventuellement remplacer des planches, donc cet accès doit rester possible une fois tout construit.

Pour s’assurer de ne rien manquer…

Donc, les étapes de construction de la structure vont dans le sens que je viens de décrire, mais on doit réfléchir à l’inverse pour savoir quelle structure privilégier :

  1. D’abord quel revêtement vais-je mettre et dans quel sens?
  2. En fonction du revêtement choisi, dans quel sens seront mes solives et à quelle distance l’une de l’autre? Certains revêtements sont plus rigides et requièrent des solives plus éloignées.
  3. Ensuite, le sens des poutres et la distance entre elles sont déterminés par le sens et le type des solives.
  4. Finalement, c’est le même principe pour les pieux ou les piliers qui seront installés. Ils devront être adéquatement répartis sous les poutres du patio, à une distance relative à la portance des poutres utilisées.

Les marches

C’est bien beau le plancher et la jupe, mais il faut pouvoir accéder à notre terrasse avec des marches. Les marches doivent aussi être réfléchies lors du design et de la fabrication de la structure. Par exemple, si on a une série de marches entre deux niveaux de terrasse, les limons des marches se fixeront sur les solives de la terrasse. Par contre, si une série de marche mène au sol, il faudra appuyer les limons sur une base solide. Je recommande encore l’utilisation de pieux vissés pour les appuyer, mais on peut aussi les déposer sur des blocs ou directement sur le pavé ou le béton du trottoir se trouvant à sa base. Ceci dit, on doit se rappeler que les pieux ne bougent pas, alors que les pavés vont monter et descendre avec le gel-dégel…

La dernière étape consistera à installer des rampes (ou mains courantes). Selon le code du bâtiment, dès que le plancher d’une terrasse est à 24’’ et plus de hauteur, on doit installer une rampe pour éviter les chutes.

Les 5 principaux matériaux de recouvrement :

  1. Le bois traité (vert ou brun) : Disponible en différentes dimensions, la plus utilisée s’appelle le 5/4, qui est conçu spécifiquement pour les planchers de terrasse. On utilise aussi beaucoup de planches de 2’’x6’’ qui donnent plus de rigidité au plancher. Il faut par contre faire attention à l’utilisation des systèmes «Camo» avec ces planches, car en séchant elles peuvent se tordre et se relever. Si vous aimez les planches larges, pourquoi ne pas utiliser des planches de 2’’x8’’? Ça rendra votre terrasse unique. Prix : environ 11$ pour une planche de 5/4 x 16’.
  2. Le cèdre (blanc ou rouge) : Les dimensions de planches pour le cèdre sont les mêmes que pour le bois traité. Le cèdre a l’avantage d’être naturellement résistant à la pourriture. Certains vont l’aimer naturel, donc grisonnant avec le temps, mais on va souvent lui appliquer un traitement pour conserver sa couleur d’origine. Prix : environ 22$ pour une planche de 5/4 x 16’.
  3. Le pin blanc: Ce matériau est un peu moins utilisé, car on doit lui appliquer un traitement pour qu’il soit résistant aux intempéries. Il est disponible dans plusieurs formats comme le bois traité et le cèdre. C’est un bois assez mou, ce qui en fait un matériau intéressant pour la fabrication d’éléments plus complexes, car il se coupe facilement. Par contre, il est moins résistant où la circulation est fréquente et il est facile à se faire marquer (se poque). Prix : environ 20$ pour une planche de 5/4 x 16’.
  4. Les matériaux composites : Ces produits gagnent en popularité au cours des dernières années, principalement parce qu’ils ne nécessitent aucun entretien. Il existe plusieurs produits de différentes marques avec chacun leurs avantages. Certains sont creux à l’intérieur et sont donc très légers. D’autres sont pleins à l’intérieur et donc plus denses. Plusieurs de ces produits incorporent de la sciure de bois et du plastique recyclé dans le procédé de fabrication ce qui en fait des produits écologiques. Un bémol, se sont des matériaux qui peuvent devenir chaud au soleil et ils sont assez coûteux en général. Prix : environ 80$ pour une planche de 1×6 x 16’ de Trex Transcend.
  5. L’Ipé : C’est le nec plus ultra des terrasses. Ce bois provenant du Brésil est tellement dense qu’il peut durer plusieurs dizaines d’années (jusqu’à 50 ans et même plus selon certaines sources). On va lui appliquer une couche d’huile pour conserver sa couleur brun foncé ou bien le laisser au naturel, ce qui lui procurera une teinte gris argenté avec le temps. Le format de planche le plus utilisé est le 1’’x6’’. Seul hic avec ce matériau : le prix et c’est plus difficile à travailler étant donné la densité du bois. Prix : environ 85$ pour une planche de 1’’x6’’ x 16’.

Quelques notions de design :

  1. Déterminez, en établissant vos priorités, les zones que vous souhaitez créer: table à manger, espace salon, zone détente, BBQ ou cuisine extérieure.
  2. Figurez l’espace que prendra chacune de ces zones. On prend d’abord des mesures du mobilier que l’on souhaite intégrer. On planifie ensuite la circulation autour de ce mobilier. Il faut que ça respire! Une règle de base est de conserver un minimum de 3’ entre un meuble et un mur ou un autre objet, pour que l’espace soit agréable à utiliser. Un autre repère est de prévoir 64 pieds carrés par personne qui utilisera fréquemment l’espace des terrasses.
  3. Faites une sélection du type de matériau de recouvrement que vous souhaitez utiliser et élaborez le design en fonction de ce choix. Chaque matériau a une façon un peu différente d’être travaillé. Par exemple, certains matériaux composites sont vides à l’intérieur. On doit donc prévoir cacher le bout des planches lors de la construction.
  4. Gardez en tête que la simplicité est souvent mieux.
  5. Tenez compte des endroits que vous reliez par votre terrasse. Figurez où les gens circuleront de façon naturelle et ça guidera la position des escaliers et des espaces entre les meubles.

*C’est à l’étape du design que l’on fait notre liste de matériaux et que l’on budgète le projet. On retourne parfois à la planche à dessin une fois le premier budget établi.

**Pour faire votre design à la main, utilisez des feuilles quadrillées où chaque carreau représente 1’x1’. Vous pouvez aussi utiliser un logiciel comme Excel pour dessiner des formes simples. Pour les plus habiles avec l’ordinateur, Sketchup est un bon allié pour créer un dessin en 3D et c’est gratuit.

 

Vous aimeriez avoir d’autres suggestion plus visuels, venez voir notre portfolio de réalisations.

Trucs de pro en rafale :

  • Pour les matériaux de structure, on va habituellement utiliser le bois traité vert. Il faut savoir que votre structure devrait durer plus longtemps que vos planches de recouvrement… à moins que vous utilisiez de l’Ipé ou du composite. Dans un tel cas, je vous recommande de recouvrir vos solives d’une membrane d’étanchéité afin d’en allonger la durée de vie. Comme l’Ipé et le composite durent vraiment longtemps, vous voudrez que votre structure tienne le coup également.
  • Les matériaux composites ont la cote ces dernières années, car ils sont sans entretien. Cela dit, ils sont assez dispendieux. Une bonne façon de réduire les coûts est de les utiliser uniquement comme matériau de recouvrement des planchers (ou surfaces horizontales) et de faire les jupes et autres éléments verticaux avec du bois traité ou du cèdre. Le bois installé à la verticale se dégrade beaucoup moins vite qu’à l’horizontale.
  • Pour la jupe de votre terrasse, prévoyez un espace d’au moins 1’’ à 2’’ entre le sol et les planches de façon à éviter de la pression sur vos planches lorsque le sol gèle.
  • Pensez aussi à garder des accès sous votre terrasse en insérant des portes ou des panneaux amovibles dans la jupe. Le dessous de votre terrasse est un endroit idéal pour y ranger divers équipements. Il pourrait même être judicieux de prévoir des espaces de rangement étanches, comme de grands tiroirs pour vos coussins et accessoires de patio. Privilégiez alors de la quincaillerie en acier inoxydable ou conçus pour l’extérieur.
  • Parlant de rangement, vous ne voudrez sûrement pas que vos biens reposent sur de la terre. De façon standard, on suggère de mettre de la pierre ¾’’ nette sur une membrane géotextile pour couvrir tout le dessous de la terrasse. C’est plus propre et ça coupe l’humidité. Vous pouvez aussi prévoir une surface plus élaborée en utilisant des dalles.

Pour le choix d’une rampe, lire le billet traitant de ce sujet.

Bonne construction!