Comment aimez-vous cette toison verte, la pelouse qui fait la fierté de plusieurs ou le cauchemar de certains… ? Lorsque le thermomètre dépasse les 15°C au printemps, nous avons envie de retrouver le plus rapidement possible notre cour verdoyante. Voici nos meilleurs conseils pour vous aider à bien entretenir votre gazon pour en profiter au maximum toute la saison.

1. Le grand ménage du printemps

printemps,-gazon-pelouse-entretien-jardin-paysagement-rodier

Photo : Google

Passez un râteau sur la pelouse afin d’enlever les brins de gazon jaunis et les feuilles mortes, cela permettra une reprise ou un verdissement plus rapide de la pelouse. On s’abstient de faire un nettoyage printanier sur un sol gelé ou détrempé.

Il est possible de trouver de la mousse à certains endroits. Le tout début du printemps (généralement en avril, selon les années) est une bonne période pour désherber le gazon.

  • À la main : après avoir enfilé une paire de gants, partez à la chasse aux mousses et aux mauvaises herbes et arrachez-les manuellement ;
  • Avec un couteau désherbeur : idéal pour les petites surfaces et les herbes courtes.

Mais au-delà de les retirer, vous pourriez régler le problème à la source. Pourquoi la mousse apparaît-elle dans la pelouse ?

Les facteurs qui favorisent l’apparition de la mousse dans le gazon sont :

  • Ombre et manque d’ensoleillement ;
  • Tontes trop courtes ;
  • Sol mal aéré ;
  • Sol pauvre en potasse, magnésium ou calcium ;
  • Acidité excessive.

Option écolo : Pourquoi ne pas la laisser dans les endroits les plus reculés et les plus à l’ombre ? C’est un végétal comme un autre, qui fait un joli tapis vert. Sa présence révèle un sol dense et à tendance acide. Si elle vous gêne vraiment, décompactez le sol. Plantez la fourche à bêche tous les 50 cm, faites des trous, remplissez-les de sable grossier et terreautez.

 

2. Scarification du gazon

Scarification-pelouse-gason-printemps-rodier-entretien

Photo : Bobvila

Un terme bien barbare, mais un travail essentiel, tout autant que le déchaumage, pour la bonne santé de votre gazon. Pour l’aération, rien de tel qu’un passage au scarificateur. En supprimant les parties mortes des graminées et en aérant la couche superficielle du sol, il facilite le travail des racines. À noter que la scarification est également une bonne façon de lutter contre la prolifération de la mousse

3. L’aération

aeration-sol-arrosage-pelouse-gason-printemps-rodier-entretien

Photo : Bobvila

L’aération consiste à extraire, à l’aide d’un aérateur mécanique, de petites carottes de terre. Elle doit être faite, particulièrement si vous constatez des symptômes de compaction du sol (eau qui ne pénètre pas, sol dur, etc.).

Pourquoi pratiquer l’aération du sol ?

Cette pratique permet :

  • une meilleure infiltration de l’eau et des éléments nutritifs ;
  • une augmentation du niveau d’oxygène dans le sol ;
  • une meilleure décomposition de la matière organique et du feutre, par une meilleure activité des micro-organismes du sol ;
  • le développement racinaire des graminées à gazon.

Comment procéder ?

Vous passez un aérateur mécanique sur votre pelouse dont le sol est légèrement humide. Vous pouvez laisser les carottes sur le sol afin qu’elles servent de terreautage. Il est recommandé de les désagréger et de distribuer la terre uniformément sur le gazon à l’aide d’un râteau.

Vous pouvez soit louer un aérateur, soit utiliser les services d’un professionnel.

Quelles sont les périodes idéales pour l’aération ?

Le printemps et l’automne. Évitez de faire une aération sur un sol gelé ou détrempé.

4. Le terreautage

topdressing-terrautage-pelouze-gason-entretien-printemps-rodier-paysagiste

Photo : Cloverdale

Ceci améliore la texture du sol, favorise le travail des vers de terre, améliore l’activité microbienne dans le sol, rend le gazon plus résistant. On étend une mince couche (1 cm ou moins) de terreau.

Pourquoi réaliser un terreautage ?

  • Pour améliorer graduellement la qualité du sol ;
  • Réparer des zones endommagées ;
  • Augmenter la densité de la pelouse ;
  • Stimuler la décomposition de la matière organique.

Quel substrat utiliser pour réaliser un terreautage ?

Le compost, la terre à jardin et la mousse de tourbe peuvent être utilisés, idéalement en mélange, selon le type de sol.

Dans le cas où on utilise du compost, on doit prendre en compte les quantités utilisées lors du calcul des besoins en fertilisation.

Comment réaliser un terreautage ?

  • Aérez le terrain ;
  • Appliquez le terreau à la pelle ou de façon mécanique ;
  • Passez ensuite un râteau afin de faire descendre le terreau à la base des tiges de la pelouse ;
  • Ensemencez, si votre pelouse doit être rénovée ou si elle manque de densité (clairsemée).

Y a-t-il des périodes idéales pour le terreautage ? 

Le printemps et l’automne sont de bonnes périodes pour réaliser le terreautage.

5. Rénover ou regarnir une pelouse

ensemencement-pelouse-gason-regarnir-rodier-seeding

Photo : Bobvila

La rénovation de la pelouse par semis
Les semis peuvent être effectués au printemps, de mars à mai. C’est également la bonne période pour regarnir une pelouse abîmée.
Idéalement, il vaut mieux semer une pelouse à l’automne. C’est la même chose pour le regarnissage. Donc, si vous le faites au printemps, vous devrez veiller à assurer un arrosage régulier. À noter que le regarnissage permet aussi de corriger, dans une certaine mesure, un semis mal réussi à l’automne.
Un gazon adapté
Pour réparer les zones où la pelouse est abîmée, on utilise un gazon de regarnissage. Il permet le remplacement facile et rapide des surfaces où la terre apparaît. Comme ses graines sont pelliculées, les oiseaux ne les mangent pas, la germination est accélérée et la levée est homogène.

Comment procéder

Il faut tout d’abord préparer le sol, en griffant légèrement la terre aux endroits que vous souhaitez ensemencer. Utilisez pour cela la griffe à main (petites surfaces) ou bien un râteau. L’objectif est de décompacter la terre qui a été tassée par le piétinement et la pluie. Profitez de l’opération pour éliminer tout ce qui gêne en surface : petits cailloux, brindilles… Épandez les graines à la main en les répartissant de façon régulière. Avec son enrobage vert-bleu, le gazon de regarnissage se voit bien ! Pas la peine de tasser les graines : comptez environ 40g par m².

rouleau à pelousEnfouissez ensuite les graines dans la terre (avec la griffe ou le râteau). Idéalement, recouvrez la zone de semis avec une fine couche de terreau léger (ou de sable), puis plaquez les graines contre la terre en passant le rouleau à gazon (surfaces importantes) ou en tassant avec vos pieds (surfaces réduites).

Pour finirtondeuse

Le gazon de regarnissage pousse très vite. En quelques semaines, les zones dénudées de votre pelouse devraient avoir meilleure allure ! Laissez passer quelques semaines encore avant de tondre.

La rénovation de la pelouse avec du gazon en plaques

La réparation avec du gazon en plaques peut être réalisée à tout moment de la saison, à condition qu’il soit possible d’arroser. Sinon, le printemps et l’automne sont les périodes idéales. Vous devez suivre la procédure suivante :

  1. Coupez la zone endommagée en traçant une forme carrée, afin de permettre un ajustement plus facile des plaques de gazon avec la zone à rénover.
  2. Retirez la pelouse morte et celle en surplus.
  3. Au besoin, ajustez le niveau du sol afin que les plaques de gazon que vous poserez soient au même niveau que la pelouse déjà en place.
  4. Posez les plaques de gazon.
  5. Effectuez une pression à l’aide du revers d’un râteau ou par un léger piétinement, afin d’assurer un bon contact entre la plaque et le sol.
  6. Arrosez abondamment la zone rénovée et maintenez-la humide durant les 15 premiers jours.
  7. Tondez 7 jours après la pose du gazon pour les grandes surfaces rénovées, ou quand votre pelouse durable atteint 7,5 cm pour les petites surfaces.

Avant d’entreprendre un arrosage, il est important de savoir que selon les années et les régions du Québec, en moyenne, 65 à 100 % des besoins en eau d’une pelouse durable sont comblés par les précipitations naturelles.

En fait, les pelouses ne requièrent environ que 2,5 cm d’eau par semaine. Si ces besoins ne sont pas satisfaits par la pluie, on peut les combler en irriguant, tout en se conformant aux réglementations municipales.

En périodes prolongées de sécheresse, le pâturin du Kentucky entre en dormance et devient jaune afin de mieux résister au stress. Il n’est pas mort, il n’a pas besoin d’arrosage supplémentaire. Une fois que les précipitations seront de retour, il reprendra son apparence normale.

Pour plus d’information, consultez le site : www.arrosageeteconomiedeau.org

Quel est le meilleur moment de la journée pour arroser ma pelouse ?

Le matin, entre 4 h et 10 h, moment où l’on peut arroser à la main, ou en début de soirée, entre 20 h et 23 h, avec un asperseur. Dans la cas d’un système automatique d’arrosage, la période est entre 3 h et 6 h.

gazon-pelouze-rodier-terassement-paysagement-facade-rive-sud

Photo : kitty bern, 500px

6. La tonte du gazon

Tondre à 7,5 cm (3 po) ou même un peu plus haut et laisser les résidus en place. C’est de la nourriture pour la pelouse. Ne jamais tondre en période de canicule. À noter : les tontes trop rases stressent les graminées et constituent de véritables invitations pour les plantes opportunistes et les vers blancs.

7. L’arrosage avec un système d’irrigation automatique

irigation-systeme-arrosage-pelouse-gason-printemps-rodier-entretien

Photo : Bobvila

Au cours des dernières années, ces systèmes se sont beaucoup raffinés et permettent d’apporter l’eau là où elle est vraiment utile (soit au pied des végétaux). On considère généralement que les systèmes actuels, bien conçus et bien entretenus, permettent des économies d’eau de 15 à 30 % selon la technique utilisée.

Il existe une très grande variété de têtes d’arrosage, mais l’utilisation de la micro-irrigation et de l’irrigation goutte à goutte permet d’apporter la bonne quantité d’eau au bon endroit, au bon moment.

Il existe aussi des équipements qui permettent de prendre en considération les quantités d’eau apportées par la pluie et donc de faire démarrer le système seulement lorsque les plantes en ont vraiment besoin. Les plus récents équipements sont reliés à des centrales météorologiques, ce qui permet d’éviter de déclencher le système avant une pluie.

Pour être efficace, un système d’irrigation automatique doit être bien conçu et bien calibré (idéalement par un professionnel), et faire l’objet, au minimum, d’un entretien annuel.

Contactez un membre de notre équipe pour discuter de ce projet.

 

pelouse-rodier-entretien-printemps-responsable

5 bonnes pratiques à adopter

1. Fertilisez

Appliquez un mélange d’engrais 100 % naturel ou le plus bio possible, au printemps ou à la fin de l’été. Observez d’abord votre pelouse. Si elle vous plaît, pourquoi ajouter de l’engrais ?

2. Tondez haut

Une pelouse coupée à 8 cm (3 po) empêche la germination de la plupart des mauvaises herbes, rend l’arrosage plus efficace et favorise le développement des racines. Tondez la pelouse régulièrement avec des lames bien aiguisées et ne coupez jamais plus du tiers de la hauteur à la fois.

3. Ne ramassez pas le gazon coupé

Le gazon coupé contient beaucoup de minéraux, ce qui peut diminuer la quantité d’engrais de 30 %.

4. Laissez votre gazon en dormance durant la canicule

Arrosez en profondeur une fois par semaine et évitez les arrosages fréquents et superficiels qui gaspillent l’eau et favorisent un enracinement peu profond.

5. Faites du dépistage

Inspectez votre pelouse et cherchez la cause des problématiques que vous rencontrez. Sachez que 90 % des insectes sont bénéfiques et peuvent contrôler naturellement les parasites occasionnels. N’hésitez pas à vous informer avant de prendre des actions pour éliminer ces insectes.

À l’automne

À l’automne, laissez les feuilles broyées au sol. S’il y en a vraiment trop, mettez les surplus au compost.

Il n’y a pas que le gazon !

On peut rétablir la biodiversité en sursemant du trèfle et du lotier, par exemple. Ensemencez les espaces dégarnis avec un mélange graminées-légumineuses. Dans les endroits peu propices à la pelouse (à l’ombre, sur les talus), variez votre aménagement avec des couvre-sols appropriés (hostas, muguet, herbe aux écus, etc.). Le choix est quasi illimité. Dans le cas du muguet, on peut limiter son expansion à la tondeuse ou le réserver pour les grandes surfaces ou les coins bien délimités. Sur un sol très sec et ensoleillé, le thym peut faire des miracles, d’autant plus qu’avec le gazon, il est une des rares plantes à supporter le piétinement. Enfin, certains écomélanges à pelouse conviennent aux endroits plus ombragés.

En conclusion

Peu importe l’état de votre gazon, profitez-en pleinement et n’hésitez pas à nous contacter si vous avez un problème ou un projet ! Ce sera pour nous un plaisir de vous aider. Cliquer ici pour voir nos coordonnés ou nous écrire.