jardin-planifier-paysagement-amenagement-paysagiste-rodier-monteregie-Boucherville-longueuil

–       « Avant d’être un lieu physique, le jardin est un état d’esprit»

–       Julis Moir Messervy

Qui a dit un jour : « L’habit ne fait pas le moine? »

Ceci peut s’avérer vrai dans certaines conditions, lieux ou situations. Par contre, nul ne peut scander cette phrase dans son propre jardin. L’état de béatitude, de confortabilité doit passer par un état d’esprit sain avant d’être un lieu physique. D’où l’exactitude de dire : l’habit fait le moine pour se sentir bien chez-soi. Or, notre jardin doit absolument, sous plusieurs angles, facettes et volumes, nous apparenter par le miroitement du caractère intellectuel et émotionnel de notre famille. On se doit de choisir des plantes, des couleurs, un design et des matériaux qui collent à notre peau. L’expression des «vacances à domicile» prend ici tout son sens. Le défi est de concevoir un espace de «cocooning» c’est-à-dire une sorte de sanctuaire personnel où notre esprit se sentirait si bien qu’il n’envisageait guère le désir d’en ressortir. Alors, quel est votre type de jardin?

jardin-planifier-paysagement-amenagement-paysagiste-rodier-monteregie-Boucherville-longueuilVoici un exercice tout simple fondé sur 7 archétypes de paysage. Il suffit d’éplucher chacun d’eux pour déterminer l’archétype réel ancré dans vos racines. Conseil : laissez-vous bercer par votre imaginaire et tentez de vous visualiser dans chacun de ces lieux.

Prêt? Allons-y!

La mer : Notre intérêt pour la mer dérive probablement du sentiment de bien-être que nous procurait l’antre maternel par la sensation de sécurité. Ainsi, l’archétype de la mer reproduit cette ambiance par le calme ressenti dans l’immensité d’un milieu naturel enveloppant, tel qu’un boisé, un lac ou un champ de blé.

La caverne : Est un lieu à l’abri des curieux, intime et envoûtant. Cet archétype naît du sentiment de paix intérieure que l’on retrouve dans un endroit chaleureux à l’écart des espaces vastes tel qu’un gazébo, un pavillon de jardin, une arche végétalisée, etc. créant ainsi un lien direct avec le sentiment de sécurité prodigué par le berceau de l’enfant.

Le port: Représente une zone stable, bien ancrée avec une vue de 180 degrés sur l’horizon. Le sentiment de l’enfant dressé sur les genoux de ses parents découvrant pour la première fois le monde environnant tout en étant protégé et adossé à un sentiment de sécurité. L’idée d’une terrasse juchée, un balcon de premier niveau symbolisent tous deux magnifiquement l’esprit du port.

Le promontoire: Ici l’enfant s’érige, marche et découvre tout en sachant Papa et Maman non loin de là. Donc, l’idée du promontoire est défini comme une vue rocambolesque imprégnée de peur et de bien-être tel qu’un parapet de pont ou les abords d’un précipice. Le promontoire nécessite une vue imprenable sur le monde qui nous entoure avec un angle de vision de 270 degrés.

L’île: Au niveau de l’enfance,  l’île représente le sentiment d’indépendance face aux parents. Le désir d’une certaine retraite face au train-train de vie quotidien. C’est en quelque sorte un paradis secret hors du monde effréné qui nous excède quelquefois. En plus, l’île nous offre une vision hors pair de 360 dégrées sur la toile azurée. Un petit coin de chaise longue ou de hamac sur pieds s’associe très bien à cet archétype.

La montagne: À l’adolescence la montagne offre, tout comme l’île, une source d’isolement face aux turbulences de la vie. Adulte, cet archétype se transforme en une quête de sagesse et d’une béatitude intellectuelle. Du haut d’un balcon de chambre avec de long rideaux, il nous est possible en toute intimité de contempler l’étendue et les beautés enivrantes de notre jardin.

Le ciel: De l’enfance à l’adulte, qui n’a jamais rêvé un jour du firmament? Le ciel symbolise un sentiment de légèreté facilement retrouvable dans le feuillage des graminées par certaines inflorescences de vivaces dites vaporeuses et dans le mouvement aérien des balançoires.

jardin-planifier-paysagement-amenagement-paysagiste-rodier-monteregie-Boucherville-longueuilOr, maintenant il n’en tient qu’à vous de déterminer vos archétypes selon vos besoins personnels et familiaux. Ce choix sera déterminant dans la conception de votre aménagement. Un archétype peut de lui-même vous proposer d’une façon naturelle, une variété de matériaux brutes ou vivants, tel que le choix des plantes. Celui-ci est d’autant plus primordial dans la gestion des niveaux de terrain et dans l’utilisation des surfaces. Une île, une montagne ou un promontoire ne sera pas construit ou planifié de la même façon. Donc, avant même de penser à une certaine forme de conception possible. il est essentiel de dépister les sentiments de bien-être qui vous sont propres et de les appliquer au jardin car dorénavant, chez-vous, l’habit fera le moine.

À vos marques, prêt, introspectez!

 

Référence : Livre : The Inward Garden de l’auteure Julie Messervy

Article du Devoir samedi 23 juin 2001, D8, par Guy Laliberté